FRISCH (M.)


FRISCH (M.)
FRISCH (M.)

FRISCH MAX (1911-1991)

Romancier, essayiste et auteur dramatique suisse de langue allemande, Max Frisch est né à Zurich dans une famille d’origine autrichienne. Il entreprend tout d’abord des études littéraires qu’il doit interrompre, en 1933, à la mort de son père. Il fait du journalisme, voyage beaucoup, écrit un premier roman, Jürg Reinhart (1934) et, en 1936, commence, assez tardivement, des études d’architecture (son père était architecte) qu’il terminera en 1941. Dès lors, et pendant une quinzaine d’années, Max Frisch mène une double carrière d’architecte et d’écrivain. En 1955, ayant acquis la notoriété littéraire, il abandonne l’architecture pour ne plus se consacrer qu’à l’écriture.

C’est un auteur abondant qui souvent transpose au théâtre des thèmes de son œuvre romanesque ou de son Journal et qui donne de certaines de ses pièces jusqu’à trois versions successives (ainsi de La Muraille de Chine 1946, 1955 et 1972 ou du Comte Öderland 1951, 1956 et 1961). On retiendra de son œuvre dramatique, outre les deux pièces précitées: La guerre était finie (1949, jouée à Paris en 1953 sous le titre d’Agnès ); Don Juan ou l’Amour de la géométrie (1953); Monsieur Biedermann et les incendiaires (1958); Andorra (1961) et Biographie, un jeu théâtral (1968). Biedermann , qu’on a traduit parfois par Monsieur Bonhomme , fut la première de ses pièces à connaître une audience internationale. Jean-Marie Serreau l’a jouée pour la première fois en langue française, en 1960.

L’œuvre romanesque de Frisch n’est pas moins importante. En 1943, il donne une nouvelle version de son premier roman, Jürg Reinhart , sous le titre bilingue de Die Schwierigen, oder J’adore ce qui me brûle . Dix ans plus tard, Stiller (1954; titre français: Je ne suis pas Stiller ) obtient un grand succès et lui vaudra le prix Georg Büchner 1958, le plus important prix littéraire allemand. Viendront ensuite: Homo Faber (1957; Gallimard, 1961) et Mein Name sei Gantebein (1964; traduit sous le titre de Le Désert des miroirs ).

Dans son théâtre comme dans ses romans, Max Frisch pose assidûment quelques questions fondamentales sur l’identité, la liberté et le destin de l’individu; questions auxquelles il ne prétend pas donner de réponse, mais dont il espère qu’elles susciteront, chez les lecteurs et les spectateurs, le désir «d’apporter leurs propres réponses qui ne pourront être données que par leur vie même». Pour lui, le péché fondamental contre la vie et contre l’homme se définit par ce commandement de la Bible: «Tu ne feras pas d’images taillées»; c’est-à-dire: tu ne colleras pas, sur toi-même et sur les autres, une étiquette qui, vous définissant une fois pour toutes, vous changerait en objet et vous interdirait toute évolution. Frisch développe ce thème dans ses premiers romans et dans son théâtre. Ainsi, don Juan, le procureur d’Oderland et Biedermann se révèlent-ils incapables d’échapper à leurs étiquettes. Andorra (1961), qui traite de l’antisémitisme, démontre que le racisme peut naître, dans une communauté apparemment débonnaire, de l’étiquette posée sur l’un de ses membres. Plus tard, Frisch, affinant son analyse, posera de façon de plus en plus complexe le problème de la liberté de choix de l’individu, dont il pense qu’elle pourrait bien être un leurre. Dans Biographie: un jeu (Biographie: Ein Spiel , 1967), la possibilité est offerte au professeur Kürmann, psychologue du comportement, de revivre sa vie en la modifiant à son gré. Il échouera dans cette tentative, et son second destin sera identique au premier. Avec Le Désert des miroirs , le jeu se complique: Enderlin décide de prolonger sa vie réelle en une vie imaginaire, qu’il pourra modeler à sa convenance. Il se fabrique donc une seconde identité, celle de l’aveugle Gantebein. À la fin du récit, les notions de réalité et d’imaginaire auront disparu, car la réalité est insaisissable.

Cette recherche de l’image vraie (non taillée) de l’individu à l’intersection du réel et de l’imaginaire, Max Frisch la poursuit jusqu’à ses dernières conséquences dans son Journal , dont il a fait paraître deux fragments: 1946-1949 et 1966-1971 . Dans le second volume surtout, qui se présente comme une mosaïque éclatée de faits, de notations et d’interrogations, les frontières entre le vécu et l’imaginé s’estompent, et l’on glisse constamment de l’autobiographie au roman. Montauk (1975; Gallimard, 1978) est comme l’image inversée du Journal . Écrit dans une forme proche de ce dernier, c’est un roman qui utilise ouvertement des fragments de notations autobiographiques. Max Frisch a également publié une pièce de théâtre, Triptyque (Triptychon , 1978) et deux romans, L’homme apparaît au quaternaire (Der Mensch erscheint im Holozän , 1979) et Barbe-Bleue (Blaubart , 1982). À chaque fois, c’est une objectivité trompeuse — celle de la culture occidentale dans le premier livre, celle du roman policier dans le second — qui se trouve prise en défaut.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Frisch — ist der Name folgender Personen: Anton Frisch (ÖVP) (1889–1963), österreichischer Politiker (ÖVP), Nationalrat und Bundesrat Anton Frisch (Radsportler) ( 1929–1962), österreichischer Querfeldein Radsportler Anton Frisch (FPÖ) (* 1954),… …   Deutsch Wikipedia

  • Frisch's — Big Boy is a regional restaurant chain from the Big Boy franchise. Today there are over ninety restaurants in Indiana, Kentucky, and Ohio. Frisch s also owns numerous Golden Corral restaurants in Indiana, Kentucky, Ohio, Pennsylvania, and West… …   Wikipedia

  • Frisch — Frísch, er, este, adj. et adv. 1. Eigentlich, kühl, ein wenig kalt. Das Wasser ist ganz frisch, kühl. Frische Luft schöpfen. Ein frischer Keller, in welchem es kühl ist. Ein frischer Trunk. Es ist heute ganz frisch, ein wenig kalt. Nieders. frisk …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • Frisch — is the surname of several notable people. *David Frisch, Jr. American football player *David H. Frisch American physicist *Deborah Frisch American psychologist and alleged blogstalker *Frankie Frisch American baseball player *Irene Frisch… …   Wikipedia

  • Frisch — Frisch, Karl von Frisch, Max Frisch, Otto R. Frisch, Ragnar * * * (as used in expressions) Frisch, Karl von Frisch, Max (Rudolf) Frisch, Ragnar (Anton Kittil) …   Enciclopedia Universal

  • FRISCH (R.) — FRISCH RAGNAR (1895 1973) Titulaire du prix Nobel pour son rôle de pionnier en matière d’économétrie, Ragnar Frisch, né à Oslo, était le fils d’un célèbre orfèvre, Anton Frisch, et commença à s’initier à cette profession, selon une tradition… …   Encyclopédie Universelle

  • frisch — Adj. (Grundstufe) nicht konserviert, nicht alt Beispiel: Er isst gerne frische Gurken. Kollokation: frisches Brot frisch Adj. (Aufbaustufe) voller Energie, gesund aussehend Synonyme: erholt, fit, kräftig, leistungsfähig, munter Beispiele: Nach… …   Extremes Deutsch

  • -frisch — [frɪʃ] <adjektivisches Suffixoid> (vor allem in der Werbesprache): a) von dem im Basiswort (meist Ort) Genannten kommend und daher (in Bezug auf Nahrungs , Genussmittel) qualitativ recht gut: gartenfrisch (Gemüse); kutterfrisch (Krabben);… …   Universal-Lexikon

  • frisch — Adj std. (11. Jh.), mhd. vrisch, ahd. frisc, mndd. versch, vers, varsch, mndl. versch Stammwort. Aus wg. * friska Adj. frisch , auch in ae. fersc, afr. fersk. Außergermanisch keine sichere Entsprechung. Offenbar auf (ig.) * prēska gehen zurück… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • frisch — frisch: Das westgerm. Adjektiv mhd. vrisch, ahd. frisc, niederl. vers, engl. fresh ist dunklen Ursprungs. Es wurde früh in die roman. Sprachen entlehnt, vgl. frz. frais und it. fresco »frisch« (↑ Fresko). – Abl.: frischen (mhd. vrischen, jetzt… …   Das Herkunftswörterbuch